Comment se procurer des fac-similés des anciens manuscrits ?

fac-similés

Utilisés par les étudiants et les chercheurs, les fac-similés facilitent notamment les analyses à effectuer en matière d’histoire et de paléographie. Reproduites avec un nombre limité de tirages, ces documentations rares sont disponibles dans les bibliothèques nationales et en ligne.  

Utilité des fac-similés

Étant une reproduction d’une œuvre d’art, d’un dessin, d’un manuscrit ou d’un livre, le fac-similé copie ces différents objets ou supports en restant fidèle aux couleurs, à l’échelle, l’enluminure, etc. Pour effectuer ce travail, les professionnels recourent habituellement à la photographie numérique. Le fac-similé est disponible auprès de ces derniers ou en ligne.

Ce sont généralement les chercheurs ou les étudiants qui emploient ce type de reproduction ou copie pour procéder à des analyses minutieuses dans les domaines de la paléographie, de l’histoire, etc. Les fac-similés permettent ainsi à ces derniers d’accéder au document original qui ne peut être disponible d’une autre manière. Les documents originaux reproduits sont fréquemment écrits à la main ou imprimés. Il est plus délicat de réaliser des répliques telles que des peintures à l’huile ou des objets à trois dimensions.

Par ailleurs, les chercheurs ainsi que le grand public ne peuvent accéder aux manuscrits enluminés que sous la forme de fac-similés. Ces derniers se diffèrent des autres procédés de reproduction de livres classiques, car ils se rapprochent au maximum des couleurs originales.

Trouver des fac-similés dans les bibliothèques universitaires et nationales

Il faut savoir que les fac-similés coûtent environ 10 à 100 fois plus chers que les livres modernes. Si ces derniers se retrouvent aisément dans les librairies, ce n’est pas le cas des fac-similés qui, du fait de leur rareté et de leurs coûts élevés, ne sont présents que dans certaines bibliothèques. En effet, le tirage est peu élevé et les messages publicitaires pour ce type de reproduction sont destinés aux classes privilégiées.

Les fac-similés doivent se trouver dans les bibliothèques publiques pour être à la portée du grand public. Toutefois, ils ne sont ni accessibles dans les moyennes ou les petites bibliothèques qui ne disposent pas du budget nécessaire pour les admettre dans leurs salles. Ainsi, ils ne sont disponibles que dans les bibliothèques universitaires ou nationales et sont de ce fait à la portée d’une certaine minorité d’intellectuels.

Disponible en un unique exemplaire, le fac-similé est parfois utilisé pour enseigner les arts et la paléographie. Il ne permet pas d’effectuer un travail collectif et avec les réglementations en vigueur ne pourra plus être rétroprojeté ou photocopié. Il est employé par les historiens d’arts et les paléographes pour réaliser leurs travaux de recherche. Lors de la publication de la reproduction, ceux-ci ajoutent parfois des commentaires scientifiques au volume original.

Commander des reproductions en ligne

Il est désormais possible de trouver des fac-similés des anciens manuscrits sur Internet. Pour être sûr d’obtenir une documentation similaire à l’original, il est recommandé de choisir un site réputé et fiable. Pour cela, il vaut mieux consulter les commentaires ainsi que les avis des internautes. Ces reproductions peuvent être facilement achetées en ligne en passant sa commande. Avant cela, il est conseillé d’effectuer des recherches pour comparer les différentes offres disponibles sur le Web.

Parce qu’il n’est souvent pas possible de trouver des manuscrits originaux, il vaut mieux recourir à des copies fidèles à ces derniers. Pour trouver des sites Internet de confiance, les étudiants peuvent s’adresser à leurs professeurs qui pourront les orienter vers les meilleures adresses. Ensuite, ils doivent comparer les différents prix proposés par les vendeurs en ligne.  Afin de sélectionner aisément les documents recherchés, les chercheurs et les étudiants doivent bien définir leurs besoins sur le site choisi.

Pratique pour gagner du temps, la commande de ces documents est à effectuer en tenant compte de la maison d’édition. En effet, certaines d’entre elles proposent des collections partielles, tandis que d’autres mettent à disposition des collections complètes. Pour être à l’abri d’une quelconque forme de piratage, il est préconisé de se tourner vers des maisons d’édition renommées. De plus, celles-ci possèdent souvent diverses reproductions rares.

Historique de la liste des recueils de fac-similés

La « Liste des recueils de fac-similés et des reproductions de manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale » a été publiée par Henri Omont en 1903. Ce catalogue est paru dans la Revue des bibliothèques renfermant ainsi 309 ouvrages, dont 23 reproductions de manuscrits orientaux, 143 fac-similés de manuscrits, et 143 recueils de fac-similés.

Une seconde édition de ce catalogue est ensuite parue en 1912 dans le Bulletin de la Société française de reproductions de manuscrits à peintures. Ce tirage unique de 290 pages présente une bibliographie ainsi qu’une Introduction historique exposant les premiers essais de ces types de copies.  

Le Catalogue de 1912 a par la suite été publié une troisième fois après l’augmentation du fonds de ces reproductions. Pour cette 3e édition, un plan identique à celui du premier et du second catalogue a été suivi. Ainsi, on y retrouve une table alphabétique et les différents recueils divisés en série orientale, en copies de manuscrits et en recueils de reproductions. Néanmoins, les cotes portés par les volumes sur les rayons ont été ajoutés à la géographie, aux Imprimés ainsi qu’aux estampes et au Département des Manuscrits. Sur le bulletin de demande, les cotes du Département des Manuscrits se reconnaissent par la mention Facsim suivie du format folio, quarto ou octavo. En outre, avec les Réparations et les dons à la fondation Rockefeller, les ouvrages catalogués s’élèvent à 1 229.

Publié le
Catégorisé comme Divers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *